Bel bachir's blog

Bel bachir's  blog -

Google+ en RSE pour Entreprise 2.0

On lisait d’ici et delà depuis la création de Google plus , les ambitions de Google sont de faire de Goolge+ un outils de réseau social d’entreprise.

 

Depuis quelques jours c’est fait..

 

Google a annoncé sur son blog la volonté de faire de Google+ un outils de collaboration pour les entreprises.

Deux sociétés collaborent (Kaplan and Banshee Wines ) autour de google+ dans Google apps business.

 

 

 

 

Une compléte intégration avec calendar , Gmail .avec Google+ & Hangout.. et enfin pouvoir inviter des contacts internes ou externes a l’entreprise

Mais attention ces fonctionalités sont pour l’instant gratuite jusqu’a la fin 2013, voir l’annonce ici sur le blog officiel de Google entreprise.

Je ne comprends pas cette stratégie de Google avec un tel message, si ce n’est venir concurrencer Yammer ??

Vous trouverais un article sur le blog de notre ami Descary ici expliquant la nouvelle fonctionnalité sur Google Apps.

 

Je ne suis pas sur de bien comprendre leur stratégie, donc je reste en stand by pour voir.

……à quand les cercles hierachiques ??

 

A.BEL BACHIR

 

 

Inspiration de l’univers Fourmis 2.0 pour la futur Entreprise 2.0

Cet été, une émission sur France 5 sur le thème des  fourmis bâtisseuses m’a inspiré cette article. Je suis resté quelque peu bouche bée.  Une espèce de fourmi vivant sur le continent américain , pour ne pas cité l’Argentine bâtit des villes de plus de 8 mètres de haut sur 50 m² .

fourmiliere geante

fourmiliere geante 2.0


Comment l’intelligence collective peut résoudre des problèmes complexes et construire ensemble des choses grandiose.


Je comprends pourquoi  :”Les fourmis ont inspirées le livre et  le modèles d’entreprise 2.0 d’Andrew Mcafee, Entreprise 2.0”. 

 

Comment l’intelligence collective de ce super organisme composé de plusieurs milliers ou millions d’individus, va en quelque heures résoudre des problèmes complexes, vitaux, engageant l’ensemble de la fourmilière, trouver un nouveau lieu pour la fourmilière , trouver et informer ses congénères sur une source de nourriture, faire face aux aléas de l’environnement externe très changeant et ceci sans chef , sans organisation centralisée.

Nous avons beaucoup appris sur leur fonctionnement, plusieurs études et recherches dans ce domaines existent .

Voici un modèle intéressant pour le futur de notre entreprise. Lorsque nous sommes confronté a de fortes interactions avec notre milieu exterieur et interne: marché, crise économique, concurrence, mondialisation ect..

 

Certains algorithmes de programmation se sont inspirés du modèle  d’organisation des fourmis. Si nous transposions et si nous trouvions un dénominateur commun avec leur organisation dans l’approche de l’entreprise 2.0 ou apprenante. Il est certain que nous aurions une incroyable organisation agile.

Pour notre futur entreprise  2.0 au même titre que les fourmis s’échangent sur le sol des message chimiques, l’employé échange avec les autres , laisse une information  sur les réseaux sociaux internes ou externes, blog, conversation et échanges divers avec d’autres fourmis lecteurs ou lectrices,salariés .

Comme pour la fourmi plus le message ou l’idée est suivit par les autres, plus il y aura  des interactions, jusqu’à former l’autoroute ou un courant de penser , c’est une voie importante permettant la recherche de solution ou d’innovation .

Bien sur chacun peut suivre une voie différente ou en créer de nouvelle route  libre à lui, d’attirer d’autres fourmis dans cette direction .

Notre comportement fourmis 2.0 et similaire à cette intelligence collectif construite depuis des millénaires par les fourmis.

 

Voici un exemple développé par des chercheurs espagnols:

L’une des principales questions techniques dans le domaine des réseaux sociaux, dont l’utilisation est de plus en plus généralisée, consiste à localiser la chaîne de référence qui mène d’une personne à une autre, d’un nœud à l’autre.

Les plus grands défis qui se présentent dans ce domaine, c’est l’énormité de ces réseaux et le fait que la réponse doit être rapide, étant donné que l’utilisateur final attend des résultats dans les plus brefs délais.

Afin de trouver une solution à ce problème, les chercheurs de UC3M (Université Calors III de madrid ) ont développé un algorithme, SoSACO qui accélère la recherche d’itinéraires entre deux nœuds qui appartiennent à un graphique qui représente un réseau social.


La façon dont fonctionne SoSACO a été inspiré par le comportement qui a été perfectionné au cours des milliers d’années par un des insectes les plus disciplinés de la planète, où ils cherchent de la nourriture.

hormiga 2.0

hormiga 2.0


En général, les algorithmes utilisés par les colonies de fourmis imitent la façon dont ils sont capables de trouver le chemin entre la fourmilière et la source de nourriture et en sécrétant la suite d’une piste chimique, appelée phéromone, qui se dépose sur le sol.


Dans cette étude – les auteurs expliquent –  les fourmis peuvent suivre à la fois la phéromone ainsi que l’odeur de la nourriture, ce qui leur permet de trouver la source de nourriture beaucoup plus rapidement.


Les principaux résultats de cette recherche, qui a été réalisée par Jessica Rivero dans UC3M du Laboratoire de Avanzadas Datos  dans le cadre de sa thèse de doctorat, sont résumées dans un article scientifique publié dans la revue Intelligence appliquée .


« Les premiers résultats montrent que l’application de cet algorithme à de véritables réseaux sociaux obtient une réponse optimale dans un temps très court (quelques dizaines de millisecondes) », déclare Jessica Rivero.

 Parmi d’autres études, on retrouve des applications dans un cadre physique concret, tel que le routage de véhicules ou la planification d’emploi du temps . Mais également,  ces algorithmes permettent d’expliquer le repliement des protéines, le routage des paquets dans les réseaux informatique pour désengorgés les routeurs.

Fourmis 2.0

Cette organisation, permet une agilité extraordinaire dans des contextes dynamiques comme notre économie, le marché qui est en perpétuel evolution. l’organisation est auto-organisé. c’est une piste à suivre pour favoriser l’innovation et la résolution de problème mais nous avons, aussi besoin de conserver une organisation dirigée car elle apporte d’autres avantages dans d’autres situations.

C’est tout l’enjeux de l’entreprise 2.0 libérer les énergies

 

A.BEL BACHIR

 

Entreprise 2.0, innovation une affaire de tous.

Entreprise 2.0, innovation une affaire de tous

Par essence l’entreprise « 2.0 » ou « Apprenante » cherche d’abord à ce différencié, à construire son propre modèle pour pouvoir affronter les marchés, très concurrentielles. L’entreprise cherche de la performance, de l’agilité et se doit d’innover. Justement un rapport du R3ilab (Le Réseau innovation immatérielle pour l’industrie) sur l’innovation vient de paraître

Cette étude récente  mené dans le secteur dans l’industrie du textile-habillement, s’appuie sur une  vingtaines d’interviews approfondies d’entreprises innovantes, et une analyse de la littérature scientifique sur l’innovation, mener  par  R3ilab et grâce au soutien du Ministère de l’Industrie et avec la  collaboration de Delphine Manceau et Julie Fabbri (Institut pour l’Innovation et la Compétitivité ESCP Europe)   , Danièle Clutier-Léauté, Yves Dougin , Stanislas Vandier.

L’approche et l’étude éclair une nouvelle fois mon point de vue sur la nécessité d’avoir une stratégie de l’innovation dans l’entreprise 2.0. Ce n’est pas juste une affaire d’outils, On peut s’inspiré de cette étude pour l’étendre a d’autres secteurs de l’industrie, en dix points.

La méthodologie de l’autodiagnostic est inspirée du travail du professeur Vijay Govindarajan paru dans la Harvard Business Review.

Ce test d’auto diagnostique est disponible pour ce faire une idée, il permet d’éclairer  le travail déjà accompli ou à accomplir dans les entreprises qui sont sur cette voie.

L’entreprise 2.0 ou apprenante est par essence au cœur de ce procéder, favoriser l’innovation, la collaboration être plus performante cette approche systémique permet de mettre en exergue certaines pistes d’amélioration. Je vous invite à faire le test.attention ce n’est en aucun cas un diagnostique de votre entreprise.

 

 

VOTRE ENTREPRISE EST-ELLE OUVERTE À L’INNOVATION ?

Des questions sur ces 10 thèmes,

Cela vous donne un score au-delà de 90 > et bien vous êtes sur la bonne voie.

En dessous de 90 c’est une invitation à une fioriture de questions.

VOTRE ENTREPRISE EST-ELLE OUVERTE À L'INNOVATION

VOTRE ENTREPRISE EST-ELLE OUVERTE À L'INNOVATION

  • 1 – Le parti – pris ferme pour l’innovation
  • 2 – La vision inspirante, partagée et pérenne de l’avenir, basée sur une vision claire du présent
  • 3 – Les moyens managériaux et financiers d’innover
  • 4 – Le process de gestion de l’innovation clair et structuré
  • 5 – L’implication visible des dirigeants
  • 6 – Une équipe créative multi-fonction et une culture d’équipe partagée
  • 7 – Le recensement systématique des leviers d’innovation du marché et de la propriété intellectuelle
  • 8 – Volonté de prendre des risques et réaliser la valeur de l’aberration, absurdité.
  • 9 – La manière d’innover efficace : la proximité marchée
  • 10 – Manager les ressources en innovation
  • 11 – Analyse globale, un process bien défini mais flexible

 

Retrouver ici le questionnaire

              

Le fruit de cette enquête ici

 

 

Management 2.0 expérience FAVI

Management 2.0  l’expérience FAVI

Jean-François Zobrist  ancien directeur de Favi de 1980 à 2008 nous explique comment il a mis en œuvre un vrai bouleversement dans son organisation. Ci-dessous les vidéos de son intervention

Au début de sa carrière il reprend une idée de la théorie de Mc Gregor (théorie de X et des Y). Les Dirigeants inspirés par la théorie Y sont persuadés que l’homme est bon. Il mettra en œuvre cette théorie chez FAVI (voir son livre : l’entreprise qui croit que l’homme est bon)

L'entreprise qui croit que l'homme est bon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certes comme le dit si bien Jean-François Zobrist,  il n’a pas inventé un modèle de gestion d’entreprise, mais une entreprise géré avec du bon sens, les résultats de Favi sont exceptionnel  25 % de marge théorique, 20 % de cash-flow depuis de nombreuses années.

Jean François Zobrist a peut-être inventé le management 2.0 avant tout le monde.

Avec des valeurs communes

« Toujours faire plus et mieux pour moins cher »

« Le vrai management : faire ce qui est juste avant toute demande »

A l’heure de l’entreprise 2.0, des RSE d’entreprise, il est essentiel de tirer des leçons de l’expérience de FAVI.

« La confiance est plus efficace que le contrôle »

 

Une petite heure de film avec 4 vidéos ci-dessous :

 

 


A.BEL BACHIR

Conference Richard Collin sur les RSE et l’entreprise 2.0

Lors de la journée social business chez Microsoft du 6 octobre.

Pendant 44 minutes, Richard Collin de  NextModernity et directeur de l’Enterprise 2.0 Institute  nous apprend  comment aborder  la mise en place du RSE. Son intervention est égrenée d’innombrables références littéraires.

On ne parle plus de conduite du changement, mais d’ « émergence du changement ».

Pendant cette conférence Richard Collin nous donne envie de lire, de se documenter, d’avancer vers la connaissance du RSE et de l’entreprise 2.0.

Merci Richard.

Voici la vidéo très instructive

A.BEL BACHIR

Pas d’entreprise 2.0 pas sans un CE 2.0 ?

Depuis quelques années nous découvrons le concept de l’Entreprise 2.0, du Web 2.0 … enfin d’un monde 2.0 plus social.

Alors qu’en est-il des comités d’entreprises dans nos entreprises Françaises. Est-ce que le Comité d’entreprise sera lui aussi un CE 2.0 ? Je l’espère….

Est-ce que le concept US de l’entreprise 2.0 (Andrew McAfee ), intègre  notre spécificité française ?

En France toutes entreprises de plus de 50 salariés doivent disposer d’un Comité d’Entreprise.

Le C.E a un rôle consultatif  et un droit d’information sur les questions touchant  l’organisation et la gestion général de l’entreprise.

Vu la maturité des C.E. Ils ne seront  pas prêts à passer au 2.0 sans un accompagnement.

Il faudra lors de la mise en place d’un projet 2.0, intégrer les comités d’entreprise. C’est un partenaire indispensable si l’on souhaite réussir un projet d’entreprise aussi vaste que celui de l’entreprise 2.0.

Le CE 2.0 bouleversera les comités d’entreprise en profondeur, bouleversera la représentation salariale, fini le dictat de représentation syndical.

Le CE 2.0 devra être intégrer dans l’entreprise 2.0. La résistance sera dure…. (la peur de perdre le pouvoir).

Le principe du « bottom to top » peut être la démarche pour introduire dans une PME/PMI, un semblant d’entreprise 2.0  au travers d’un CE 2.0.

Ce sera un C.E pour l’ensemble de l’entreprise, pas un C.E pour une minorité ou des syndicats.

Je vous invite à lire l’article de Fréderic Godefroy ici qui peut illustrer la résistance de nos entreprises 1.0

A.BEL BACHIR

E-reputation dans l’entreprise – l’affaire CORA

Nous venons de vivre le 26 octobre 2011, une formidable démonstration de l’impact des réseaux sociaux sur nos entreprises. Je ne parlerais pas de cette affaire,ce qui m’intéresse ici, c’est ce phénomène d’e-reputation.

Voici un exemple parfait de l’impact d’une décision du magasin « CORA » sur sa notoriété, sur son business.

Les chefs d’entreprises sont aujourd’hui soumis à des évènements extérieurs ayant un impact sur leur décision. Ils ne peuvent plus ignorer cette nouvelle donne.

Alors autant se préparer ??

Il est donc encore plus nécessaire, pour une entreprise de bien comprendre ce phénomène, d’être capable d’anticiper  et de réagir. Si possible l’entreprise doit mettre en place des outils de suivi de sa E-reputation. On  comprend mieux  au travers de cette affaire CORA,  le rôle du Community Manager et des veilleurs dans l’entreprise 2.0.

Je lisais un tweets « En tout cas bravo à #cora qui avec un ticket de réduction d’1€ pour un hamburger vient de s’offrir un bad buzz à 1 million d’euros ».

L’entreprise 2.0 doit être capable de mettre en place des processus pour faire remonter rapidement ce genre d’information.

La E-reputation d’une entreprise est une réalité, mais aujourd’hui les entreprise vivent dans la peur, elles ne se sont pas suffisamment préparer a de telle situation. La donne à changer et cela suppose de revoir l’organisation pour l’entreprise de demain…l’entreprise 2.0

@Maitre Eolas

 

 

 

 

 

A.BEL BACHIR

Fracture numérique 2.0 l’entreprise et ses salariés

Je suis tombé sur un article fort intéressant de Louis Naugés (Chief Cloud Evangelist – Revevol ).

Cet article vient étayer et renforcer certaines de mes  réflexions sur le retard vécu de nos  systèmes d’information  dans l’entreprise. L’adoption de nouveaux outils dans l’entreprise est plus difficile, l’entreprise met entre deux à cinq ans pour se mettre au goût du jour.

Une situation qui peut rapidement devenir inquiétante…impactant probablement sa compétitivité, son potentiel d’innovation.

Le salarié a une image de son entreprise en décalage avec ce qu’il vit au quotidien et les outils qu’il découvre dans le Cloud, qui répondent rapidement à ses besoins.

Nous vivons au quotidien,  dans l’entreprise une révolution, nos usages privés viennent  bousculer les pratiques de l’entreprise et la vision même de son informatique.

le retard pris par les entreprises concernant leur informatique

le retard pris par les entreprises concernant leur informatique

 

Source : Louis Naugés

Source : Louis Naugés

Je vous invite à lire l’article de l’auteur ici 

A. BEL BACHIR

 

 

Gestion des compétences au sein de la future entreprise 2.0

Voici ma modeste réflexion et constat sur la gestion des compétences pour la futur l’entreprise 2.0. Est ce qu’aujourd’hui en entreprise  nous  savons gérer les compétences de nos salariés de façon efficiente ? 

Nous avons mis en place un certain nombre de processus comme l’entretien annuel, le pilotage mensuel, la réunion de service, la gestion de projet, les fiches de suggestionsla mobilité interne…etc.

 

C’est une réelle avancé, mais malheureusement insuffisante. Ces outils ne nous permettent pas d’être réactifs, de partager de l’information avec les autres services, d’accumuler du savoir, de la compétence et de mettre  le salarié au centre de la GRH.

L’entreprise mettra du temps avant de localiser ces nouvelles compétences pour les utiliser ensuite. Le cycle peut aller de quelques mois à plusieurs années. On découvre tous les jours des talents cachés de certain salariés.

Nous ne gérons pas la compétence acquise au fil de l’eau, ces compétences informelles….. Personne dans l’entreprise ne capitalise l’acquis de telles ou telles missions, de tel projet, de telles lectures, pour en informer l’ensemble de l’entreprise ou manager.

Pour illustrer mon propos voici un exemple :

Un jeune homme dans l’entreprise doit s’occuper de la préparation d’une maquette en Acrobat 3D. Après avoir fait le tour de l’entreprise, aucune compétence en interne n’existe. Il décida de se former seul sur le produit.

Deux semaines plus tard, il proposa un résultat très correct, qu’il décida de  présenter a son responsable…

Nulle part dans l’entreprise,  nous n’avons appris que cette personne avait acquis une compétence, qu’il avait testé,  mais aussi maitrisé ce nouvel outil (Acrobat 3D). Personne n’a pris la peine de communiquer dessus.

Est-ce que quelqu’un s’est posé la question : a qui d’autre cette compétence pourrait-elle servir ?

Par exemple au  service marketing ou au service commercial pour faire des présentations dynamique chez le client. Alors vivement l’entreprise 2.0, vivement que l’on puisse informer l’ensemble de l’entreprise, de  permettre au salarié de pouvoir ce positionner, de partager ces compétences. La GRH 2.0  dans L’entreprise 2.0 devra intégrer cette vision.

 

A.BEL BACHIR